Présentation du projet

Comme nous l’avons évoqué précédemment, il s’agit d’un projet local existant. Les Paillantins souhaitent construire à terme un Centre Socioculturel. Pour mener à bien ce projet nous avons pensé le réaliser en trois grandes étapes.

Les fondations de l’école de Paillant

La première consiste en la construction de l’école et l’aménagement des salles de classe allant de la maternelle jusqu’à la fin du collège.

Un généreux donateur haïtien à fait don d’un terrain à l’Église de Paillant pour la construction d’une école. L’équipe sur place très reconnaissante et enthousiaste à entrepris les travaux selon les souhaits de ce donateur.

L’équipe haïtienne comptait sûrement sur le soutien indéfectible des compatriotes vivants un peu partout dans les psys étrangers ; ce qui a été effectivement le cas et sans laquelle le début n’aurait jamais été possible.

Comme vous le savez, sans une forte mobilisation en s’essouffle très vite car un projet de si grande envergure nécessite de grands moyens.

Groupe d’élèves


L’aménagement passera notamment par la mise en place d’une salle informatique, un espace de documentation, et également un accueil éveil et jeux pour les plus jeunes.

L’un des gros inconvénient à ce jour se trouve en la grande différence d’âge des élèves qui fréquentent la même classe. Nous avons des élèves de 3 ans jusqu’à 23 ans, ce qui représente un vrai défi pour les enseignants qui sont peu nombreux.

A l’AOAH, nous entendons par construction la réalisation en parallèle d’un réfectoire permettant aux élèves et à l’équipe enseignant de prendre leur repas ans des conditions descentes, sans oublier que pour certains enfants il s’agit de leur unique repas de la journée.

Les écoliers à la cantine

Ce point me permet de partager une anecdote avec vous qui m’a été racontée lors de mon passage en juillet : « il s’agit d’un enfant qui venait en classe avec un petit bol et une cuillère ». Je pense qu’on n’a pas besoin d’avoir nécessairement une imagination fertile pour imaginer les journées où cet enfant ne vient pas à l’école.

Ce partage à pour but de vous dire combien il est important de soutenir ce projet et aussi le parrainage que ce soit des enfants ou des familles. Le soutien des familles via le parrainage reste pour nous un des objectifs ultimes, il s’agit d’aider un paysan à avoir une activité régulière, celle ci lui assure un revenu, ce qui revient au but poursuivi par l’AOAH : les aider à devenir automne et retrouver leur dignité car ils pourront subvenir aux besoins de leurs enfants et ce, même de manière symbolique.

La deuxième phase consiste à créer un espace culturel, un lieu convivial où tout un chacun puisse se retrouver pour échanger, partager leurs savoirs-faire, et pratiquer l’artisanat , ce qui demeure une vraie compétence, un savoir-faire chez les Haïtiens.

Ce centre sera  notamment un lieu d’apprentissage pour les femmes où auront lieu des cours de couture, de broderie, et elles pourront aussi être écoutées sur différents sujets qui leurs tiennent à cœur.

Pour ce qui est du centre médical, l’AOAH souhaite réaliser un partenariat avec certains hôpitaux de la région telle que les hôpitaux de fonds-des-Nevers et de Miragoane qui pourront dispenser la formation nécessaire à l’équipe de Paillant.

La coopérative

La dernière étape consiste en la création d’une structure professionnelle pour l’apprentissage de quelques grands disciplines, en particulier ceux qui seront les plus demandés. Cette dernière phase fera appel à divers partenariats, et notamment la participation active du gouvernement Haïtien.

  1. Nous devrons effectuer des appels d’offres au niveaux national pour recruter des professionnels compétents dans différentes disciplines pour pourvoir dispenser les enseignements.
  2. Nous ferons également des appels d’offres internationaux afin de diversifier la qualité des formations. Ces recrutements  cibleraient en particulier les retraités pour lesquels nous devrions trouver un financement des collectivités ou autres bailleurs.
  3. À suite de la formation, les étudiants devront effectuer un stage au niveau national ou international pour une mise  en pratique. Pour les stages internationaux, les futurs stagiaires devront signer un contrat tripartite les engageant à revenir en Haïti.
  4. Nous souhaitons aussi obtenir l’engagement du gouvernement Haïtien dans son soutien à l’installation de ses jeunes diplômés soit à la création de leur entreprise, soit dans une association avec une société existante. Ce soutien materialisera sous la forme d’un prêt à un faible taux d’intérêt.